img

A l’échelle du territoire de l’Anjou bleu, le service planification territoriale participe à la définition et à la mise en œuvre des politiques d’aménagement et de développement ; favorise l’émergence et l’accompagnement des projets dans le cadre des dispositifs issus de ces politiques ; assure un rôle d’assistance et de conseil auprès des élus ; participe aux réseaux existants traitant de la question de la planification ; assure la veille et l’observation.

Qu'est ce qu'un SCoT ?

Le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) est un document de planification stratégique à l’échelle de plusieurs communes ou groupements de communes institué par la loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU) du 13 décembre 2000. Il fixe l’organisation du territoire à long terme.

Le SCoT permet de mettre en cohérence l’ensemble des politiques d’aménagement du territoire (urbanisme, habitat, déplacements, équipements commerciaux, protection de l’environnement…) et de fixer un cadre de développement pour les 15 années à venir. Il constitue un document de référence permettant de coordonner l’action des collectivités au travers de leurs documents d’urbanisme (PLUi, PLU, cartes communales). Il est un outil privilégié pour construire un projet de territoire dans une démarche de développement durable.

Qu'est ce que le SCoT apporte au territoire ?

Le projet développé dans le SCoT mise sur un développement maîtrisé, endogène et réparti sur l’ensemble du territoire. Les « bassins de vie de proximité » sont les échelles territoriales privilégiées pour décliner le projet.

  • Il insiste, en premier lieu, sur les leviers spécifiques d’attractivité du territoire (accessibilité, mobilité…) pour son développement économique.
  • En second lieu, il évoque les modalités d’accueil des nouveaux habitants, tant du point de vue du logement que des équipements et services.
  • Enfin, le troisième axe  développe les éléments spécifiques à mettre en valeur et à préserver d’un point de vue environnemental.

Le SCoT de l’Anjou bleu est donc à la fois un guide pour l’action publique et un cadre de référence pour les acteurs privés qui souhaiteraient participer au développement du territoire de l’Anjou bleu.

Un Plan Climat, pour quoi faire ?

Le changement climatique est désormais une réalité reconnue : notre consommation et notre approvisionnement énergétique sont remis en question. Dans leur dernier rapport de 2018, les experts du GIEC (Groupe Intergouvernemental d’Experts sur le Changement Climatique) estiment qu’il faut à tout prix essayer de limiter la hausse des températures à 1,5°C. La lutte contre le changement climatique doit se jouer à l’échelle locale.

C’est dans cette optique que le Pays de l’Anjou bleu en partenariat avec Anjou Bleu Communauté et la Communauté de Communes des Vallées du Haut Anjou ont amorcé la démarche de Plan Climat.

La lutte contre le changement climatique représente également une opportunité pour le territoire en matière de développement de l’emploi, de réduction de la facture énergétique ou encore de justice sociale.

Le Plan Climat permettra de définir une feuille de route pour les années à venir précisant les actions concrètes à mettre en œuvre.

De quoi parle-t-on ?

Le Plan Climat, appelé PCAET (Plan Climat-Air-Energie Territorial) au niveau règlementaire détermine des objectifs et des actions concrètes pour lutter et s’adapter au changement climatique.
Il permet également de répondre, à l’échelle locale, aux objectifs nationaux fixés par la loi relative à la Transition Énergétique pour la Croissance Verte et de respecter les engagements énoncés lors de la COP 21 en décembre 2015 et précédentes.

Les objectifs fixés :

50%

énergie finale

réduire de 50% la consommation d'énergie finale d'ici 2050 (par rapport à 2012)

40%

gaz à effet de serre

réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2030

32%

énergies renouvelables

passer à 32% d'énergies renouvelables en 2030

Élus, entreprises, agriculteurs, habitants : tout le monde est concerné par le plan climat. A la fois stratégique et opérationnel, il prend en compte l’ensemble de la problématique climat-air-énergie autour de plusieurs axes d’actions :
– Diminuer les émissions de gaz à effet de serre
– Adapter le territoire au changement climatique
– Réduire les consommations d’énergie du territoire
– Améliorer la qualité de l’air
– Développer les énergies renouvelables
Le PCAET s’applique à l’échelle de l’Anjou bleu.

Trois étapes pour construire un plan climat

Élaborer un Plan Climat nécessite plusieurs étapes :

1. le diagnostic
Quels sont les enjeux du territoire ? Quelles sont les démarches déjà mises en œuvre ? Il s’agit d’analyser le territoire à la loupe pour bien comprendre ensuite ce sur quoi il faut agir.
2. la stratégie
Quelles solutions et quel scénario envisagés pour le territoire ? Une fois les potentialités identifiées, il est nécessaire de définir des priorités d’actions.
3. le programme d'actions
Quelles actions concrètes faut-il mettre en œuvre ? Qui fait quoi ? Les actions peuvent être mises en œuvre par différents acteurs (pays, communes, intercommunalités) et en lien avec les associations, les entreprises, les habitants. Il faut donc définir précisément le rôle de chacun.

Une fois le Plan Climat validé, la mise en œuvre commence et chacun peut y contribuer à travers des actions concrètes. Le plan d’action est prévu pour 6 ans et pourra ensuite être actualisé.

Plan Climat, à nous de jouer !

Énergies renouvelables, rénovation du bâti, gestion des déchets, préservation de la biodiversité. Parce que ces sujets nous concernent tous, le Pays de l’Anjou bleu a souhaité mettre en place une démarche de concertation pour définir ensemble le scénario de transition écologique pour demain sur le territoire.

Pour ce faire des ateliers ont été organisés à destination des citoyens au sein de chaque intercommunalité afin de réfléchir ensemble à la transition écologique sur le territoire. Retrouvez en ligne le compte-rendu de ces échanges.

Un questionnaire en ligne a également été mis en place du 18 avril au 12 juin 2019 afin de faciliter la participation du plus grand nombre. 145 personnes ont fait part de leurs idées et partager leur priorité pour le territoire. Vous souhaitez découvrir les principaux résultats, la synthèse est à disposition ici.

L’ensemble de ces échanges sont venus alimenter la définition de la stratégie.